Albion Trippin’

P1140144P1140046P1140108P1140084P1140035P1140022P1140163PIC_0013

Advertisements

The road out of it

IMG_0151

Here lies the somewhat-bitter telling of the first leg of my Spring UK tour! I was warned many times that this was a terrible country to DIY-tour in as a songwriter, but I had to go experience it myself to check out if the rumours were true. Well, turns out it’s definitely not worth it to bother, as I was mostly underwhelmed. Too few promoters, audiences and venues’ staff seem to care too much about original live music. But I did find fun in the company of the good friends who accompanied me: Robyn who played bass with me, and rocked the dotted shirt (first leg of the tour), and Odran who co-toured and rocked the striped shirt (second leg of the tour).

B A T H

Rough country, indeed. I kickstarted this first leg of the tour under a sulky sky, with the bus’ windshield wipers waving at the world ahead. In the front room of the “Bell” (a gorgeous old low-ceiling pub, the Brits sure know how to make indoor spaces cosy) some borderline cheesy Jazz music was being played by virtuoso musicians. In the backroom where I performed on some sort of alternative stage, I got heckled by a weirdo who kept cutting me off during my song introductions with things like “Come on, chop chop” or “Mate, just play the fucking song”. As soons as I kindly reminded him I was not a jukebox, he cooled down gradually and left a little while afterwards, to everybody’s relief. I was a little disappointed though, as our ping-pong game of wits was just starting to get interesting, if not a little troublesome. The crowd was coming in and out during my set, with a sparse attention and a firm grip on a pint, but letting out out sometimes a lively reaction to my jokes or lyrics.

IMG_0052

I could only get a gleeful glimpse at it, but Bath seemed like a lovely British city with Georgian buildings sprinkled randomly, and once you stray off the touristy spots (not without efforts), you stumble upon great old parks and streets full of ancient charm. There is something in the way the lanes are winding up and down, in the way the scenic countryside around the city perched on a hill is in sight the whole time, while your shoulders get showered with the pink and gentle rain from the cherry blossom trees. Before making my way there, I had enjoyed a cultural layover in Bristol, soaking in some valuable knowledge and inspiration from its art museums and independent stores, as you can see below.

Photo009

Things heard when eavesdropping in the streets and stores of England :

– “The older I get, the better I was”
– “What I like the best about this town is the road out of it”
– “If you love your job, you’ll never have to work a day in your life”
– “He is a little dumpling with rotten teeth”
– “Well, don’t blame me, look at June, she’s 19 and she’s got three kids!”

P1130989

B R I G H T O N

London-on-the-Sea. Shops, stores and shops again. Old dudes in sneakers and young kids in vintage clothes. A weird mix of posh and hip. Sam, who opens the show tonight at The Hope, sings “Mothers cry for less while babies cry for more”. The Red Diamond Dragon Club, an awesome ensemble on the bill, sings “Tell me about every tooth in your mouth”.

936882_10151914168895760_915555949_n

Before the gig, I escape to enjoy my rice bowl on the beach, watching Brits drink their way into the sunset. All afternoon, I tried to dodge the herds of French teenagers on school trips cursing and pushing each other. The show goes well in front of a little, but supporting crowd, who seems to have a genuine interest for live music. I feed off that stuff.

R A M S G A T E

A quaint little seaside village in Kent, with a fascinating cast of odd port-town characters. The café is not ideally suited for live music but the staff is brilliant in every way, feeds us healthy food and provides comfy beds.

IMG_0020

The Friday night chatty crowd that shows up is fighting for control of the room’s volume, and our P.A. is soon beaten. But now and then, they let Rob (who opens the show successfully with his set of original, quirky and often funny songs) and I win sometimes. How lovely.

IMG_0017

An older fellow pays acute attention the whole night though, sitting still and staring on his stool, and later tells us that he’s off to work the night shift at the local airport, and that he’s happy that we provided him with some “quality pre-work entertainment”. Somehow, this makes our day and the whole trip worth while.

IMG_9998

K I N G S T O N

A beautiful Spring day in a flavourless city in the suburbs of London that seems to have nothing to offer but stores and malls. The sort-of-clear Thames goes through it, and a rough patch of greenish grass on its banks forms a gathering point for the youth who smokes and drinks, the youth on awkward dates, and the youth who throws stones at swans. An italian street-musician who goes by “Drum-Machine” hits poles and garbage bins and sells a hundred jewel-cased CDs an hour. It must be something I haven’t figured out yet. We play at a cool “live-music oriented” pub two days in a row, swarming with odd regulars. On Saturday night, the audience is rowdy and somewhat careless, and on Sunday afternoon, after Steve Whalley (from Slade) showed off his white-man blues and hilarious reggae covers, the punters sit sparse and unimpressedly quiet.

P1140005

L O N D O N

Rob and I get lost in the Natural History Museum, exploring dinosaurs and human brains and go see an awesome “Ligthshow” contemporary art exhibit. A trip to the Rough Trade record store in Brick Lane, with its appropriately rough and unhelpful staff. The gig at The Water Rats feels pretty irrelevant, but Odran joins us on the Calabash (West-African percussion consisting of a hollowed and dried out gourd-shaped fruit) which bring in some well-appreciated trio fun. Late at night during our stay, I vaguely recall watching Borat and Creepshow in an exhausted daze. One night, Odran, Rob and I also did a “Songwriters Circle” sort of thing and it was fun and inspiring to share each other’s songs in a setting that doesn’t include a shitty P.A., a busy bar and a loud mass of drunk and rude people.

P1130979

C O V E N T R Y

Rob went back to Swansea and I headed to Coventry for a solo show. The city was bombed to bits in WWII, and it shows. “Extra-ugly” barely scratches the surface of its look. Carrying all my unsold merch on my back, I sweated out my way through this Mordor city towards the venue, located in old coal vaults by a canal basin. I then quickly took shelter from this dreadful rainy day in a movie theater where I watched parts of gorishly tedious Evil Dead, obviously derivative Oblivion and absolutely ridiculous Olympus Has Fallen.

IMG_0075

The gig is underwhelming, an adjective which seems determined to stuck with me on this tour. The local opener is a female duo with great vocal abilities but who decide to bore everyone out with covers of The Police and Amy Winehouse. Thank God, their friends had Iphones to pass the time (Will it be the modern songwriter’s next challenge in this century: to write a song so catchy that people look up from their smartphones and pay attention at least once during the song ?) Seriously, what is with covers in this country ? How come is this not considered bad-taste here to include covers in your repertoire ? Are the performers too lazy or uninspired to write their own songs or do they choose to perform famous songs in order to please the audience ? But does a 2013 audience care that much about hearing some dude playing Outkast’s “Hey Ya” with some lame guitar twist on it ? It seems like such a waste of time for everyone. Anyway, Odi, the Irish headliner, is a pleasant acoustic duo who wraps up the night with pretty ditties and effective banter.

Photo005

S W A N S E A

Best show of the year. Should have never left home! With the (almost) full Swansea band: Jamie Williams on drums, Robyn on bass, 4-piece rocking horn section (Jack, Mark, Arwel & Stuart from Disco Panther), Jamie Nemeth on the fiddle and Emily C. Branningan on backing vocals.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

High-energy musicianship from my dear temporary Keys bandmates. Familiar faces. Responsive crowd. Great show outfits. And to top all of that, Lewis “Majik” John nailing it on the sound board. After a welcome break, I hit the road again towards the Midlands, where I will meet Odran for the last leg of the tour…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

there and back again

Nous sortons du Sud brutalement avec une arrivée crépusculaire dans un Clermont-Ferrand aux allures de Mordor. Au-delà du froid pénétrant et de l’accueil impeccable à coups de pâtes au fromage et d’appartement tout-confort à notre disposition, rien de mémorable ne s’imprime ce soir-là. Il faut dire que la fatigue accumulée et une regrettable lassitude nous poussent à réaliser des sets en demi-teinte devant un public semi-attentif. Avouons aussi que la plupart des gens sont venus pour voir le groupe british de musique roots qui fait la première partie de Deep Purple en France, et qui est tête d’affiche ce soir, histoire de changer des méga-stades où ils jouent vingt minutes. Ils nous assènent une espèce de soupe ringarde et écoeurante quelque part entre le pire de Dire Straits et le moins bon de Santana, avec machine à fumée et solos de djembé. Etrangement, le public en redemande et s’éclate comme un petit fou. Quelque chose nous échappe, définitivement, mais on ne préfère pas savoir quoi alors nous rentrons nous coucher.

20121219_215747

Nous nous extirpons fissa du Mordor et à peine amarrés à Lyon, nous courons (au sens propre du terme, persuadés qu’il y aura une queue de malade) voir The Hobbit le jour de sa sortie, les poches garnies du stock indispensable de Haribos, gaufres choco et Coca-Colo. Le film vaut son pesant de Haribos question effets spéciaux, mais le tout manque de charme et fait tout de même très manufacturé. L’équipe du Kraspek ce soir-là est irréprochable, du soundcheck à la quiche végé, et nous faisons un concert sommes toutes sympathique dans cette charmante petite salle des pentes de la Croix-Rousse. Un saoûl s’est endormi sur le canapé de notre loge backstage et après lui avoir remis nos hommages, nous endossons nos sacs et partons grapiller quelques heures de repos mérité.

Cornfield-9

Le lendemain, c’est déjà Nancy, criblée ce jour-là d’averses assassines. En termes de visite de la ville, je me dis que Nancy sous la pluie aura du mal à concurrencer Nice sous le soleil et préfère partir en quête de cadeaux de Noël dans une FNAC en pleine guerre civile, pendant que Charlotte s’enfuit vers un énième jogging. Johann d’Off Kultur nous a organisé un concert en appart’ au concept “vin chaud/croque monsieur” dans le cadre d’une “grosse soirée” avec de nombreux concerts dans un complexe industriel reconverti en friche artistique. Il assure sur toutes les coutures, sauf lorsqu’il me met une grosse taulée à FIFA 2013 à deux heures du matin, abîmant mon égo de gamer à jamais. Une défaite qui me fait encore l’effet d’une brûlure cérébrale. Les concerts de la “grosse soirée” puent un peu la frime indé, à noter cependant le set bluffant du DJ Superpoze. Le public est trop cool pour applaudir, ce qui devient vite irritant quand les trois-quarts des gens présents ne prennent même pas la peine de faire signe de vie à la fin de chaque chanson, quel que soit le groupe. Il restera comme bons souvenirs les sourires et les blagues des inconnus interceptés ci et là, notamment le groupe HeyMoonshaker! (un duo combinant efficacement le beatbox et le blues) que nous rencontrons enfin après s’être manqués plusieurs fois sur la tournée. Ils ont en effet joué dans certains mêmes endroits que nous à quelques jours près, et c’est une heureuse coïncidence qui nous réunit dans la fumée des joints de cette soirée “alternative”.

Photo024

Après un mois de baluchonage dans mon pays natal, nous déguerpissons de la France pour la ville-état du Luxembourg. La richesse de l’Etat (le 2ème le plus riche du monde, en termes de PIB/habitant) est camouflée dans une sobriété décorative et architecturale qui ne trompe personne. La ville vaut le coup d’oeil cependant, ne serait-ce que pour les fossés impressionants qui entourent le bourg. Sinon il faut bien dire qu’il ne s’agit que d’un salmigondis banal de boutiques et de banques où beaucoup d’individus sont polyglottes et se fringuent “bonne famille”. Disons qu’on ressent une certaine pénurie d’esprit funky dans le coin. Nous traversons un énième marché de Noël avec son lot de marrons et  d’improbables bibelots hideux pour les non-inspirés du cadeau. Dans l’attente de l’ouverture du bar où nous jouons, nous prenons refuge de la bruine dans une bibliothèque hi-tech où je regarde Play Misty For Me avec Clint pendant que Charlotte bouquine Zadie Smith. Mon casque hi-fi/bluetooth déconne et capte des fois le son de La Princesse et la Grenouille que mate un gamin derrière moi, ce qui ne manque pas de gâcher quelques moments de suspense cruciaux. Mais je m’en fous pas mal puisque le visionnage dégénère vite en sieste anyway.

Photo043

Nous sommes invités à manger au restaurant accolé au bar, ce dont on ne ne se prive pas, vous l’aurez deviné, avec nos estomacs vides et nos esprits radins. Nous hallucinons que le riz au curry que l’on nous sert (seul choix possible pour les “artistes” qui mangent à l’oeil) dans ce restaurant indie/fusion/bullshit coûte la modique somme de 26 euros. Sans mentir, je vous fais le même demain pour 2€50. Bon, 26 euros, certes une pecadille pour les résidents, mais je vous raconte pas la sueur qui s’est mise à dévaler dans nos cous de fauchés, craignant l’entourloupe : “Putain merde, si il faut, il va falloir payer une partie…” ; “On avait droit qu’au pain Nan de gratuit en fait !” ; “Tu es bien sûr qu’il a dit qu’on avait un repas chacun de cadeau ?”. Après avoir échafaudé plusieurs scénarios d’évasion, nous sommes finalement sortis par l’avant en regardant nos pieds et sifflotant l’air de rien, espérant que personne ne nous attrape pour les épaules pour cracher la thune, du genre agrippés par le collet : “Hop hop hop, on va où comme ça les hippies, t’as cru que t’allais manger un curry à 26 euros sans lâcher des billets mon p’tit gars ?” Depuis, aucune visite d’Interpol chez moi, donc il faut croire que c’était pour la maison !

Ce soir-là hélas, un autre concert dans une pièce bruyante devant des gens en phase critique d’alcoolisation, mais nous parvenons à connecter spirituellement avec quelques curieux qui prêtent l’oreille et “accrochent à notre univers”, comme dirait l’autre. Une grosse lessive, une courte nuit dans une pièce sale et glacée, et un départ avant l’aube pour l’Allemagne, qu’il nous tarde de rejoindre.

Cornfield-13

Hannovre nous accueille à bras ouverts, en la personne de Karsten, nouveau héros de la tournée qui vient nous chercher à la gare et nous amène à Oberdeck, un lieu du bon côté de l’underground. Le concert n’attire ainsi que des passionés venus pour écouter des chansons confortablement, grignotant des biscuits de Noël au Marzipan et sirotant la bière locale dans la bonne ambiance d’un dimanche sans prétentions. Karsten confirmera son statut de champion du booking en nous apportant un petit déjeuner copieux le lendemain matin.

Photo036

La pluie continue de nous suivre à Hambourg, où nous jouons dans un bar d’étudiants bavards tellement bondé que les gens s’asseoient sur scène. Il s’agit hélas du lieu le plus tapageur où nous ayons joué, nous donnant la furieuse impression de n’être qu’un murmure dans la tempête. Essayer d’obtenir l’attention des gens présents nous semblait aussi illusoire que de cracher sur un incendie dans l’espoir de l’éteindre. Le pauvre barman/booker/ingé son doit s’occuper d’abreuver la faune, de faire le son et de faire tourner la boîte à piécettes pour artistes mais semble gérer son submergement avec une compétence étonnante. Bon, on “fait la job” quand même, en se retenant d’entonner “Born In The USA” ou “Another One Bites The Dust” pour voir si ça provoquera une quelconque réaction, on récupère nos pourboires mirobolants et on décampe vers notre sommeil sur le canapé de couchsurfeurs doux et accomodants.

P1130781

Après un voyage étrange (je me réveille en constatant que le train est désormais sur un ferry : “Hein ?”), nous arrivons à Copenhague, prenant vite dans la tronche un certain état avancé de civilisation : la population semble belle, heureuse et en bonne santé, le vélo s’est ici imposé comme un véritable moyen de transport avec des pistes cyclables quadrillant toute la ville et aussi larges que les trottoirs. Tout est propre est bien rangé, et le design dégouline magnifiquement de tous les magasins et bars. Le Danemark se présente rapidement comme une synthèse étonnante de l’Allemagne et de la Scandinavie.

Le fameux quartier “Christiania” (ville libre) est hélas décevant. On ne saurait pas trop quoi y faire à part y acheter des t-shirts et mugs “Christiania” ou mieux encore, du haschisch étalé en plein air par des dizaines de marchands aux regards torves. Si la liberté, c’est vendre du savon bio, des stickers et de la drogue, alors l’intérêt d’un quartier “affranchi” m’échappe. J’apprécie néanmoins que dans une ville à l’apparence très blanche-de-peau, clean et un tantinet coincée, Christiania est le seul endroit où l’on peut croiser des cheveux longs, des “personnages”, des “gueules”. Ces gens libérés semblent profiter de cette liberté totale pour ne pas se raser et essayent désespérement de brader leur art périmé, une barrette de shit ou pire, de chanter à -2 degrés avec conviction une chanson de Bob Marley, la même, pendant des heures. C’est qu’ils vous dégoûteraient d’la liberté, ces oiseaux-là !

Le tout a l’air d’un joli et vieux rêve en état de moisissure avancé, engoncé dans des marchés de Noël pour les touristes en pullulation et décoré de fresques ringardes arborant villages de fées et autres imageries New Age risibles et dépassées. Nos deux concerts sur place, incrustés dans des soirées de songwriters prenant place dans des bars plaisants, exigüs et bruyants ne resteront pas dans les annales mais nous nous considérons bien chanceux d’avoir eu l’opportunité de venir dans le coin.

P1130807

Nous repartons après seulement deux jours de balades urbaines pour l’Allemagne, et plus précisément pour Trittau, un village anecdotique dans la campagne d’Hambourg. Après un itinéraire irritant, des cahots d’un train régional obsur à l’attente interminable d’un bus improbable et rempli de scouts, le pourquoi du comment m’est inconnu au sujet de notre venue dans ce coin perdu. Nous atterrissons donc, dans un froid qui casse les os, en face d’un bâtiment de gare reconverti en bar-aquarium de tabac rempli de gros poissons moches et barbus. Je ne finis pas mes frites tièdes et mon hamburger au goût de cuivre tandis que Charlotte grimace sur sa salade. Pendant le concert, que nous tentons d’expédier avec professionalisme, un soixantenaire biscornu baragouine quelque chose du genre  : “Your heart illuminates the place of us room by music”. Ce genre d’évènement ne me fait même plus ricaner, et je sens (vous l’aurez déjà deviné par le ton progressivement négatif de cet article) que l’on a atteint ce genre de sensibilité exacerbée et dangereuse de fin de tournée.

P1130799

Nous décanillons fissa de l’auberge hantée où nous passons une nuit agitée (voir photo ci-dessous, ou le froid m’oblige à utiliser le rideau pour doubler ma maigre couverture) pour la terne Chemnitz, au Sud-Est de l’Allemagne, anciennement soviétique. Nous le sentons et le savons sans même nous le confesser : nous avons atteint le bout du bout, les frontières du réel, et nous trouvons désormais bien au-delà des limites de notre patience, de notre force physique et de notre stabilité mentale. Comme par magie, c’est ce jour-ci que l’on nous offre la meilleure chambre d’hôtel de la tournée, où nous boudons et bouquinons en attendant le der des ders des concerts.

Celui-ci détiendra le record du plus petit public de tous les temps : 2 personnes dans une petite pièce sans fenêtres où sont exposées les photos apocalyptiques d’un village post-Tchernobyl. Le contexte n’est pas évident pour installer une ambiance méga-groove mais on parvient à décrocher quelques ah ah et headbangings discrets. Le booker nous invite à faire une longue pause entre nos deux concerts (alors que nous voulions tout enchaîner histoire d’en finir au plus vite) car il vient de voir sur Facebook qu’un mec annonce être en route pour le concert, et qu’il dit qu’on devrait l’attendre. Nous reprenons donc les festivités une fois que le retardataire enthousiaste se pointe, faisant grimper le compteur au nombre grisant de 3 spectateurs. Nous qui pensions achever cette tournée dans un feu d’artifices humain et musical, ce soir-là, nous déchantons. Le coeur n’y est plus, nous voulons juste rentrer chez nous.

IMG_0856

De retour à Berlin, où une pluie glacée lacère les joues. La neige, que l’on attendait au tournant pendant toute la tournée, nous croustille enfin sous les semelles. La chauffeuse de taxi brise la poignée de la valise de Charlotte en la sortant nerveusement du coffre, poignée qui menacait de rompre depuis des semaines. Le hasard a parfois un excellent sens du timing. Nous casons nos bagages chez l’amie d’une amie qui nous héberge avant notre départ du lendemain, ce qui signifie que nous nous retrouvons avec un après-midi entier à tuer sans l’envie de rien, absolument rien. Après avoir erré sans inspirations dans plusieurs centres commerciaux, nous nous faufilons frauduleusement dans un ciné pour revoir le début du Hobbit en 3D et le drôle, contre toutes attentes, Perfect Pitch.

There and Back again, le sous-titre de Bilbo Le Hobbit, nous paraît tout à fait coller à notre situation lorsqu’on le revoit à l’écran : nous quittions Berlin le 2 Novembre sous un beau ciel d’automne, nous y revoilà dans la tempête avec les chaussures et les voix un peu plus usées qu’au départ. Et puis beaucoup d’histoires, de chansons et de linge sale dans les bagages. Après le film, nous restons dans la salle pour faire sur papier un bilan des meilleurs et pires de cette tournée ouest-européenne épique et l’on rigole bien comme des chacaux. La boucle est ainsi bouclée. Un dernier hug à l’américaine pour la route, au milieu de la nuit, des francs remerciements et autres bons mots réciproques, et nous voilà chacun séparés, de retour sur nos trajectoires solitaires, en direction d’avions nous emportant vers nos familles, pour un Noël qui arrive à point nommé.

P1130848

Charlotte et moi sommes bien d’accord pour arrêter la vadrouille pendant un temps et se concentrer sur la composition et l’enregistrement de nouvelles chansons. Elle est maintenant de retour à Brooklyn et moi à Swansea, où je m’apprête à appuyer à nouveau sur le bouton record au studio Rook Pie en compagnie d’une pléthore de musiciens gallois doués. A l’horizon se profile une tournée en Angleterre au Printemps, en partie en formule trio et une partie avec l’excellent Odran Trümmel

A bientôt ici ou , pour de nouvelles aventures !

Stay hydrated.

Photo035

On dirait le sud

Nous passons quelques jours repus de répit et de repos à Tours, invités dans le réputé manoir de Franck du label Another Record. Nous en profitons pour rentrer chacun dans des mondes échappatoires, Charlotte allant parfois jusqu’à deux longues sessions de jogging par jour en bord de Loire, et moi en héros imaginaire, libérant des villes de l’Ouest cow-boyisant assiégées par des zombies dans Red Dead Redemption : Undead Nightmare. Pour changer d’ambiance, je joue aussi au survivant camisolé dans Dead Space II en tentant de ne pas me faire éviscérer dans les couloirs clignotants d’un vaisseau spatial infesté d’aliens. Tout ce travail de soupape nous permet de prendre des distances hygiéniques avec nous-mêmes, ainsi qu’avec notre musique, afin d’éviter la saturation qui lorgne toujours le nomade.

https://longtimenosea.wordpress.com/?attachment_id=662

Heureusement que cette pause bienvenue renforce notre blindage, car le concert du Serpent Volant (bar vaguement alternatif se voulant le repaire d’anars de la picole) prend rapidement la forme d’un combat, évidemment perdu d’avance, contre le bruit et l’indifférence. Souffrant d’une sonorisation trop légère et de la présence d’habitués imbibés étant plus venus pour parler politique entre experts que pour écouter des chansons. L’un d’eux, un quarantenaire patibulaire , daigne se retourner un moment et décolle du zinc pour venir me dire dans un jet d’haleine aux rillettes que “de toute façon, je ne sais pas jouer de la guitare”. Le rénégat fera plus tard un baise-main pervers à Charlotte, avant de lui rédiger le lendemain un e-mail dégueulasse qui nous fera bien ricaner, la grande classe.

P1130734

Notre passage au Salon Nyctalope le lendemain, petit havre de culture indépendante de l’autre côté de la Loire, permet de rééquilibrer un peu notre expérience tourangelle. J’y retrouve avec plaisir l’équipe enjouée du Salon et tout le gratin (qu’ils préparent pour les artistes), et ce soir-là, on s’amuse plus déjà à jouer de la musique, avec l’impression d’être entendu voire même écouté, les pieds dans le sable de cette cave conviviale. Pendant le test de son, je sens comme une odeur bien fétide et un tantinet canine près du “coin spectacle”, du coup je dis à Charlotte : “Don’t you think it kind of smells like dog around here ?”, ce à quoi répond un mec chelou près du bar que j’avais à peine repéré : “You are the dog”, agrémenté d’un sourire mi-dangereux, mi-benêt. Je ne sais même pas quoi répondre, ne sachant s’il s’agit d’une agression gratuite ou une blague ratée. En tout cas bonjour le malaise, ah ah. Le concert se déroule sans encombres notables, à part les “Putain, enculé !” et “Vas-y là, j’vais te défoncer !” parasites de jeunes se tapant sur Street Fighter grâce à la Nintendo vintage au fond de la pièce. Ce coup-ci, c’est Charlotte qui a du mal à accepter la parlotte du début du concert (la veille, c’est moi fulminais bêtement pendant tout le set alors qu’elle “prenait ça relax”) et va jusqu’à interrompre sa chanson pour demander à quelqu’un de finir sa conversation. Ahurissant, je ne l’avais jamais vu faire ça en 36 ans de carrière !

P1130724

Quelques mâches coulées et fondues de raclette plus loin (courtesy of Franck le Généreux, fin gourmet et fromagophile confirmé), nous partons pour Bordeaux où je rejoins mon cool frangin pour une balade dans les rues et une session-raclée de Killer Instinct sur Super Nes (vous aurez compris que je ne suis pas du genre à dire non à tout ce qui est “jeux-vidéos”). J’avais prévenu Charlotte de mon aversion pour la ville et ses habitants, sorte de racisme idiot basé sur des expériences négatives hélas répétées, et il est assez drôle qu’elle prenne aussi la ville en grippe très rapidement. D’abord en se mangeant une cyclise imprudente qui la percute à pleine vitesse (avec son bébé à l’arrière) sans s’excuser, puis en étant enfermée dans des toilettes pendant un long 5 minutes, victime d’un cadenas espiègle. Nous jouons à nouveau dans une cave, cette fois au Chicho, qui fait burrito-mojito en haut, et folk-rocko en bas, devant un public sage et jouasse. Il y aurait donc bien quelque chose de non-antipathique dans cette cité, et je suis content d’avoir cette révélation, bien qu’un peu tardive.

P1130741

A Pau, hmm, que dire ? Une plaisante ville bourgeoise assoupie comme il se doit. A minuit, nous rencontrons certainement la doublure du grand méchant Bob de Twin Peaks qui débarque dans la salle de concerts avec en bandoulière ce qui nous a semblé être un arc et un carquois mais qui est en fait une cornemuse qu’il a inventé lui-même. Charlotte apprécie tout particulièrement son collier “mini-djembé”. La soirée finit par l’intervention de la jeune Ophélie qui joue pieds nus des reprises acoustiques face à une vieille faussement blonde mais vraiment bourrée qui gesticule maladroitement et braille aux autres “Mais allez quoi bougez votre cul bande d’enculés, coincés du cul de merde ! Amusez-vous putain !” Je me dis que c’est vrai que je pourrais m’amuser quand même, mais je me retiens finalement de danser, étant bien trop coincé du cul de merde pour ça. Le booker du lieu nous fournit une critique constructive, dans une perspective de développement professionnel, citation devenue classique, lorsqu’après avoir dit, à juste titre, de faire attention à la justesse de ma voix, il balance franc de porc : “Charlotte est trop timide et joue de la batterie trop fort”.

P1130713

Le lendemain matin, nous mangeons notre petit-déjeuner avec capuche et bonnet dans la salle frigorifée de l’hôtel. J’essaye même de tartiner avec les gants pour rigoler mais ce n’est définitivement pas pratique. J’aime bien l’effort de déco, un savant mélange de récup’ Emmaüs et  d’imitation Louis XVI. Notre demande pourtant légitime de rab de confiture irrite le réceptionniste/cuisinier/homme à tout faire qui court partout le front brillant de sueur. Soudainement conscients d’être des clients exigeants et un peu chiants, nous déguerpissons illico vers la gare, slalomant entre les palmiers en contemplant la ligne d’horizon pyrénéenne qui s’offre à nous.

147765959.3ozese3M._IGP7646w

Nous débarquons à Toulouse où après quelques moments appréciés de solitude campagnarde dans mon fief familial, nous assurons un set partagé assez court mais pas mal rock’n’roll au Connexion Café, lors d’une soirée organisée par l’équipe formidable (et je pèse mes mots) de l’association La CentrifugeuseCharlotte tape sur la batterie brillamment tandis que je braille mes paroles comme si on venait de me voler mon portefeuille. Quel plaisir d’être sur une scène bien éclairée avec un son de qualité, après l’enchaînement de concerts indé/DIY certes sympatiques mais aux conditions sonores aléatoires et souvent pénibles. Nous constatons à nouveau la différence majeure que permet ce confort pour une bonne performance musicale. Et je vous passe les détails des mets concoctés par les organisateurs, ventre bien rempli + qualité hi-fi = concert réussi, une équation gagnante souvent vérifiée.

147765955.LV8DrGPy._IGP7636w

Changement de décor total puisque le lendemain, nous ne sommes plus sous les spotlights d’une scène surélevée mais dans l’arrière-salle d’une librairie dans le centre de Carcassonne, grâce à Emmanuel qui a mis en place cette chouette soirée acoustique. Le public multi-générationnel tassé dans la petite pièce  (et d’autres curieux aux oreilles espionnes grâce aux alcôves donnant sur la partie librairie) est poli, gentil et réagit timidement, semblant passer un bon moment. Quelques enfants au premier rang qui alternent entre une attention béate et du remuage impatient. Je profite d’être face à des amoureux des mots pour lire un peu de ma poésie amère, anecdotique et chômageuse. Une dame dit à la fin de la lecture, pendant le moment de rencontre “orangina, pistaches et fraises tagada”, qu’elle ne comprend pas pourquoi “les gens ne riaient pas plus” lors de ma récitation. C’est vrai que je me pose aussi souvent la question. Peut-être que simplement, certains ne trouvent pas ça drôle, grand bien leur en fasse. D’autres doivent avoir de sacrés fous-rire intérieurs. Le reste dort ou ne comprend pas le français, paix leurs âmes.

P1130726IMG_2717IMG_2728

Pour ce qui est de Nîmes, hmm. Saisi par un besoin de séparation physique temporaire dès notre arrivée, nous partons chacun de notre côté à l’assaut piéton de la ville, pour nous retrouver quelques heures plus tard par un malheureux mais comique hasard dans les allées du magnifique Parc de la Fontaine (bien plus épatant à mon goût que les Arènes romaines surévaluées). Nous jouons ce soir-là dans un restaurant vaguement “cocktail” et un peu “lounge”, qui fait la journée office de café étudiant, allez savoir. Nous nous retrouvons donc inévitablement face à des gens qui mâchent des aliments, et qui ne se sentent pas obligés d’applaudir. Le tout est assez cocasse car une scène improbable est montée spécialement pour nous des sur des tréteaux bien trop hauts, ce qui fait que pour rajouter à nos tailles déjà imposantes, nous sommes vraiment surélévés, carrément au-dessus des gens qui mangent (que je n’appelerai pas public, par souci de vérité). Du coup, les quelques personnes présentes ont capté le piège dès leur arrivée et se sont toutes assises aux tables le plus loin possible de cet autel intimidant, voyant bien le potentiel de malaise et de menace constitué par ces deux géants qui baragouinent sur leur montagne. D’autant que ne chantant pas des reprises habitées de De Palmas ou du jazz-guimauve, nous faisons vite figure de marginaux. En gros, on est vite gênés car on a vite l’impression de déranger ces braves gens qui ne demandaient qu’à manger tranquillement sans qu’on leur beugle du charabia américain.

P1130730

Dormant ce soir au-dessus du restaurant sur un matelas en mousse dans un sorte de donjon-grenier bien sordide où il faut s’éclairer à la frontale, je renonce à bouquiner ma littérature fantastique par souci de stabilité mentale. Rapidement abandonné par Charlotte qui prend fuite dans un hôtel après avoir vu notre option de pension, je suis plus tard paralysé par une peur irationnelle en pensant entendre s’exciter un monstre épiléptique dans une autre pièce. Tout ça pour finalement découvrir qu’il s’agit d’une  machine à laver dans la conforme agitation de son cycle d’essorage.

P1130737

Nous poussons ensuite vers la Provence pour rejoindre Auriol, une charmant bourgade près d’Aubagne, où une famille ô combien mélomane et enthousiaste nous accueille dans leur chaleureux foyer pour un concert acoustique à domicile. Comme souvent dans ce genre de soirées toujours réussies, les nombreux invités amènent pléthore de plats et desserts “fait maison” avant de “passer au salon” pour un concert intimiste, cette fois aussi pimenté de quelques lectures. Charlotte baptise très justement la pizza du père de famille : “Pizza Of The Gods”. Pascal fait en effet tourner le four à pizza à pleins pots au coeur de l’hiver, malgré les défis techniques que cela constitue, pour des résultats culinaires divins qui ravissent nos estomacs de voyageurs.

nice dÇc 2012 (57)

S’ensuit un nouveau départ plus à l’est, à la lisière de l’Italie, pour un concert unplugged un peu étrange dans une cave voûtée de club de jazz dans le Haut-Cagnes historique de Cagnes Sur Mer. D’abord quasi-vide, l’espace se remplit au fur et à mesure d’une foule hétéroclite et apparemment désintéréssée, mais qui se précipite sur nos CDs à la fin, allez savoir. Nous finissons cet intense parcours sudiste avec notre sixième concert de la semaine pour un concert à domicile à Nice, organisé par l’excellente association Concert Chez Moi. L’ambiance est molletonneuse, les spectateurs sympathiques et concentrés, un bon moment que vous pouvez déguster avec une chanson de Charlotte ici et une de mes chansons françaises ici, merci à David et Stéphane de Bob Pretends To Be Blind pour ces chouettes vidéos.

Photo021

La journée se termine en explosion ludique, avec d’abord une partie de Loup-Garou (jeu de rôle drôle, et non atelier de confection de costumes poilus) à la bougie en compagnie de quelques spectateurs s’étant attardés, puis une session fête foraine où j’ai l’occasion de tirer à la carabine et d’abîmer mon paternel par l’intermédiaire percussif d’auto-tamponneuses. La vogue étant étonamment déserte, nous pouvons nous affronter en duel de gros bourrins, ce qui est un luxe bienvenu. Nice la colorée n’a rien perdu de sa qualité de vie, et après quelques jours trop courts près de la mer, le temps est déjà venu d’entamer notre lente remontée vers le Danemark…

(ci-dessous, dessin de Julie Ricossé lors du concert Niçois)

concert chez moi charlotte et boris

Au Nord de Tout

Bonjour à tous, et bienvenue dans le volet francophone de cette narration voyagesque ! Qu’il est bon de ranger mes oripeaux anglophiles et d’enfin pouvoir m’exprimer au lectorat francophage dans cette langue maternelle, maternante et matricielle.

C’est donc les yeux un peu trempés que nous quittions Darmstadt, le bide déjà douloureusement nostalgique des merveilleux Alex et Torsten et de leur concert-événement Gute Stube. Nous nous dirigions alors vers la Belgique, charmant sas de transition entre l’Allemagne et la France, pour atteindre un Liège miné par une sévère grève des transports en commun. Ce détail malheureux affecta grandement le volume de notre public au Fiacre (un bâtiment des Postes datant du 16ème siècle partiellement réaménagé en salle de concerts aux murs de pierre et à la décoration un tantinet boisée-design), car les gens sont très dépendants des bus pour se déplacer – la guindaille ne fut donc hélas pas au rendez-vous. Notre séjour belge fut bref, mais j’ai eu le temps d’engloutir une mitraillette à la fricadelle, de composer une chanson d’intro de derrière les fagots, et surtout d’apprécier à nouveau la musicalité de ce bel accent wallon ainsi que l’entrain contagieux si caractéristiques de la population locale.

Après avoir attendu un bus à un arrêt improbable indiqué nulle part (nous nous basions seulement sur l’insistance de plusieurs passants : “Si, si, je vous assure, il va s’arrêter là votre bus” ; “Oui, mais ça ne dit pas Eurolines sur un poteau ou quoi” ; “Mais puisque j’vous dis que l’arrêt est là” ; “D’accord, mais ça paraît étrange, vous êtes sûrs qu’il s’arrête pas ailleurs” etc..), nous pénétrions finalement à l’intérieur d’une navette surchauffée et bondée de personnages patibulaires effectivement en partance pour la France. Après quelques détours interminables par Anvers et Gent, histoire de faire durer le suspense, nous arrivions à Lille, première escale en cette terre longtemps promise à Charlotte : tu verras, les croissants, tu verras les chouettes gens, tu verras, c’est dément ! Et puis quelle meilleure ville que Lille, animée, organique, sophistiquée, pour présenter les douceurs du pays à ma compagnonne de voyage ? C’est en sifflotant “Ça sent si bon la France” (un classique chauvin et controversé de Maurice Chevalier) que nous partîmes en route pour le Caf& Diskaire, légendaire havre de paix et de joie pour le musicien, le mélomane et le fan du croque-madame.

Après avoir visité la ville en mode marathon dans une course contre le coucher de soleil hivernal (nous appréciâmes les installations de “Lille Fantastique” : une maison renversée “tombée du ciel” et autres surprises urbaines), nous prenions à bras le corps un concert entièrement acoustique et sans filets pour la joviale troupe d’oreilles assemblées pour l’occasion. Nous passâmes une belle soirée en délicieuse compagnie dans ce petit temple précieux, et après deux semaines en Allemagne à ruminer mes textes sans possibilité de partage, je sautai sur l’occasion de tester des fragments de poésie récente, et donc fragile, sur ces cobayes attentifs et enthousiastes.

Le lendemain soir, grâce à la chaleureuse invitation de Dominique, nous réalisions un petit set acoustique à son domicile dans la campagne environnante de la région lilloise pour sa famille (nous permettant de battre ainsi un record en jouant devant un grand-père de 85 ans) et ses amis fous de musique, un exercice toujours apprécié pour le chansonnier qui permet de s’adresser à son interlocuteur sans artifices. Et puis, pour un chansonnier en tournée, il n’y a rien qui égale le confort de chanter en pantoufles dans un salon, après tant de tapis de scènes poisseux et de journées entières passées dans ses chaussures !

Nous délaissâmes ensuite le Nord pour pousser vers la Normandie, traversant la moribonde Picardie dans un brouillard des plus sinistres, débarquant au bout des rails dans un Rouen paralysé par un récent accident sur un pont étant malheureusement un axe de circulation majeur. Yann et Thierry nous avertissent que la foule risque d’être clairsemée en conséquence, et assurent un accueil impeccable dans un Shari Vari récemment renové aux murs à la peinture encore fraîche, et à l’éclairage discothèque particulièrement inadapté pour notre set rustique. Le public rouennais n’a pas gagné en température depuis mon dernier passage : ah, ces gens qui se plaignent de leur semaine de boulot dos à nous et à moins d’un mètre de la scène pendant que l’on s’évertue à pousser notre chansonnette ! Notre petite fierté est d’avoir chacun réussi à dompter un silence précaire durant quelques minutes. Nous fûmes vraiment reconnaissants que certains de ces auditeurs critiques et exigeants nous aient fait l’honneur de se taire. Je me dis naïvement que cela doit être un signe de vague talent si l’on condescend à interrompre sa conversation pour nous écouter quelques secondes.

Quant au triste groupe du coin partageant le plateau avec nous, ils ont brillé par leur indifférence snob à notre égard, confirmant ainsi les clichés en vogue de folk-rockeurs maussades et prétentieux. Il est vrai après tout que nous ne sommes que de jeunes branleurs en vadrouille, et ne méritons pas l’attention de tièdes trentenaires qui eux ont “réussi à vivre de la musique”. Je ne jalouse pas pour autant cette hauteur toute “professionnelle”, si elle se résume à fumer des joints et renverser des bières, cachés dans une cave à causer SACEM et SMAC. Plus tard, le dancefloor trembla grâce aux mains expertes d’un Dj Seb Petit qui envoie la purée avec une playlist efficace, dont un “You Really Got Me” Kinksien entonné par la faune Heinekenisée dans sa version détournée “Chauffez les gamelles” (à essayer à la maison, vous verrez, c’est assez drôle).

S’ensuit alors une semaine à Paris à un rythme évidemment effréné, dans ce grand aspirateur de l’âme qu’est notre capitale. Après une répétition sauvage de mon “Where Is My Miracle ?” à très bas volume (voisins sensibles oblige) dans un cagibi de la salle de concerts La Loge où ils se produisaient, nous avons le plaisir, que dis-je l’honneur, de rejoindre l’incredible trio des Odran Trümmel sur scène pour jouer cette chanson épique, accompagné de Charlotte au shaker (pas à la cuillère) et aux voix. Leur concert fit comme toujours l’effet d’une claque joyeusement prise dans la gueule et je dis et redirai encore sous la torture qu’Odran Trümmel for President, Odran Trümmel for King.

Le lendemain, nous revenions dans le 11ème arrondissement pour notre concert au Motel, organisé par la joviale et exquise équipe des Balades Sonores. Moi qui pensais bêtement que toute la France serait ce soir-là engluée à son écran plat pour attendre le résultat des essentielles élections de l’UMP, je fus surpris de voir un beau petit public face à nous dans ce bar agréable à la branchitude tolérable. Ce fut donc un plaisir d’harmoniser face à ces gens réactifs et doux, dans cette cotonneuse soirée de dimanche parisien dont nous n’attendions rien, mais que nous quittâmes contents.

Sinon, et bien, notre séjour eût l’allure d’un ride d’auto-tamponneuses qui ne s’arrête pas : sueurs froides sur Vélib’, retards systématiques aux rendez-vous ratés, statuettes et masques effrayants du quai Branly, traiteurs asiatiques hors-de-prix aux crevettes douteuses, horreur absolue de la quantité de sans-abri dormant dans des recoins improbables recouverts d’improbables couvertures de survie, circuit des librairies pour récupérer les millions qu’ils me doivent pour le trafic de ma poétrie, conversations éphémères avec de vieux copains, concours de lancers de bouteilles de Coca au jardin de plantes au petit matin, Haribos et films d’horreur coréens, le tout au son d’un grommellement continu qui résonne dans la cité, issu d’un mal de vivre assourdissant.

Nous eûmes la chance d’être hébergés dans une chambre de bonne classieuse près de la rue Mouffetard, où notre entassement subit une gradation étouffante, puisque nous y fûmes d’abord sans notre hôte (2) puis en sa charmante compagnie (3) pour finir avec un dernier larron (4), ce qui commença à faire beaucoup de chair pour un huit-mètres carré. Il devint alors impossible d’étendre le bras ou toute autre manipulation sans toucher quelqu’un, donnant lieu à plusieurs manœuvres maladroites et autres accidents parfois cocasses.

La lutte pour l’espace de vie, très parisienne, est toujours l’occasion de découvrir ou retrouver les bonheurs et les tragédies d’une proximité poussée à l’extrême. Quand ton choix de position nuptiale est rétrécit à un compromis entre l’haleine toxique de l’un ou le ronflement sismique de l’autre, tu sais alors que tu es pauvre et à Paris. Et je passe les détails du fuckin’ portrait de Mozart qui ne te quitte jamais des yeux, de l’odeur illégale qui imprègne la pièce dès que le frigo est ouvert, de la nécessité de siffler très fort dans une fausse décontraction quand on est aux toilettes, de la tronche du camembert oublié tout un week-end sur le balcon et des tendances égoïstes de certains à tirer la couette de leur côté comme si c’était leur propriété unique.

Enfin, la bouche sèche d’avoir trop parlé, les pieds rouges d’avoir trop marché, il était temps de rejoindre la province simple et sereine. Nous nous précipitions vers Nantes sans demander notre reste à ce Paris d’enclave et d’enclume, pour un week-end de festival Bars Bars où nous avions la chance de nous représenter deux soirs de suite au mythique Violon Dingue, véritable institution locale du café-concert. Nous subîmes un premier soir aux conditions sonores difficiles, en raison d’un système de piètre qualité, où nous assurions la première partie d’un groupe de blues néo-orléanais…de Bordeaux. Le public relativement bavard et de plus en plus imbibé ne porta qu’une attention aléatoire à nos modestes histoires, mais nous assurâmes un folk’n’roll coriace dans l’espoir d’atteindre quelques oreilles dans le chaos ambiant. La visite prévue de deux amis Canadiens de Charlotte aida à ajouter un peu de couleurs à cette soirée qui se finit dans un circuit nocturne sympathique, où nous explorions comme des enfants émerveillés la programmation éclectique de ce festival se déroulant simultanément dans tous les bars de la ville, comme une fête de la musique sous contrôle. Ainsi, nous tombâmes sur des quinquagénaires braillant du Talking Heads, une saxophoniste distillant du Maceo Parker par-dessus les beats et les scrats d’un DJ mélangeant musique d’ascenceur dansante et hip-hop brésilien, un violoniste manouche amoureux de lui-même excitant les meutes saoûles avec du Django joué avec un panache un peu surfait, et autres belles surprises.

Le lendemain, notre concert fut nettement plus réussi, bénéficiant d’un meilleur système de son grâce à l’équipement high-tech du groupe pop-rock dont nous assurions cette fois la première partie, le très solide Roman Electric Band. Le public, cette fois épais, compact, et plus mélomane que la veille, sembla plus aimanté que la veille et nous fîmes ainsi de belles rencontres post-concert. Nous reprîmes ensuite avec nos deux compagnons décidément très jouasses à l’idée d’être en France (obsédés par les crêpes et le vin chaud) nos errances dans les rues pavées piétonnes d’une ville animée comme jamais, pour cette fois dénicher du Nintendo-core (ou 8 bit-hop) de grande qualité avec le groupe allemand Les Trucs, assurant un set grandiloquent et foutraque fait de poses théâtrales, de jeux de lumières expérimentaux et d’une musique électronique entraînante et originale issue seulement des sons de consoles Nintendo…

Quelques kebabs de minuit et Nutella du matin plus loin, il était l’heure de reprendre un TER pour poursuivre l’aventure à Tours, domicile de l’excellent label Another Record accueillant mon dernier album, pour deux concerts prometteurs, dont je vous dirai des nouvelles au prochain épisode !

Great vibes at the Gute stube

Hello y’all ! What’s the cracker like ? I have unfortunately been away from consistent wi-fi, computers and chairs for too long and left this blog sadly un-updated. I deeply apologize to those who care, but you should know by now : I’m such a terrible, terrible person.

The Darmstadt gig ended up being a wonderful fireworks finale show to our first leg of the German tour. The Gute Stube concept, around for six years now, is quite fantastic : a trashy culture lounge event that takes place on a monthly basis in an old theatre which is a converted car garage. The stage is vintagely decorated with a winged armchair, sixties-style wallpaper, a kitschy floor lamp, a scarf from the local soccer team, old pictures of strangers found in random places, and other meaningful items. “Underground” without never being “hip” or “so cool”, this is the type of of small niche events, cosy and lo-fi that all songwriters die to perform for. A cherished part of the concept is the punctual start of each event at 20:15 in the evening after a ceremonious presentation of the famous German tv news broadcast “Tagesschau”.

The room was packed with a multigenerational, highly receptive and extremely quiet audience, which is all you can ask for. And for the first time in the tour, Charlotte had access to a drum kit generously lent by a friend of the promoters, which helped us bring a little more roll to the folk. Jokes were laughed at, heads were swinging to the tunes, smiles were shining, CD sales went berserk, it was a beautiful night indeed. And what else could have ended it better than an impromptu and extra-fun video shooting of a silly Christmas song for and by the local songsters Woog Riots on that very Gute Stube stage with enthusiastic members of the audience ?

The organizers Alex and Torsten put us up in their comfy apartment where they revealed themselves to be gorgeous human beings, glowing with confidence, radiating genuine love and filled with the greatest ideas. For example, they started out a punk neighbourhood choir open to everybody where they sing once a week arranged versions of obscure hits by the Dead Kennedys, PJ Harvey etc… Charlotte and I both did a home recording  for a Children Christmas Compilation they’re putting together, Charlotte sang the classic “Fred The Moose” and I tried out with exhausted vocal chords “Petit Garçon”, a go-to-sleep ditty translated and made famous in France by the great Graeme Allwright.

In an effort to keep the tour fitness and health-oriented (our pride so far is not to have given up just yet), we accompanied Alex in a few runs around the track and exercised on fun outdoor training machines originally intended for older people that had specific tricks for different muscles. The city left us with a warm and fuzzy impression of sophistication, culture and laid-backness and on hopping on the train to Belgium, we definitely gave Darmstadt a last look behind that meant : “I shall be back, you awesome you”.

Bahnhofing : Catching the train of thought

Welcome back, avid readers of tour diaries, how’ve you been ? On our end, it’s been a lot of Bahnhof-hopping if you ask me. Our gig and stay in Leipzig was quite uneventful, paling in comparison with the memorable Berlin kick-off of the night before. Charlotte spotted on her afternoon stroll what she called “Hobbit Gardens” that actually turn out to be community gardens spread all over Germany, always with a similar layout: picturesque patches of green sprinkled with neat wooden shacks where tools and seeds are kept.

Photo006

On my own walk to discover where the fun was in this famous Classical Music city (home to Bach and Wagner, no big deal), I only managed to get yelled at in an undecipherable gibberish for jumping the fence of a residential building when I got stuck in some sort of hospital park and hustled my way out. I had my hood on, a long black coat and spoke an ugly German so this young woman had every right to be freaked out, really. After a quite icy show in a glaucous coffee-house setting, we cabbed to our artists’ sleeping rooms, upstairs a very smokey and loud venue. The noise from the club was deafening, and I remember hearing russian voices at some point in the foggy haze of my sleep – probably another band staying in these same apartments hanging out in the hallway.

On day 3 of the journey, just for the fun of it, a dead horse stuck on the tracks delayed us for what felt like forever in the thick of nowhere. Considering the barren and bleak lands I glimpsed at in-between drifting in and out of sleep, I can definitely pinpoint the source of the suicidal tendencies of the local cattle. Staring at this gloomy countryside under a low mayonnaise sky for days will probably raise up this relevant interrogation : mmh, maybe something better awaits me beyond after I make a decisive jump in front of a Deutsche Bahn train ? Too bad this fellow gave it a shot on that precise day, but again, I can hardly blame him.

That night, the thousands of people expected didn’t show up at the show in Offenbach (sort of a residential suburb of Frankfurt) but genuine laughs and enthusiastic claps were heard at the fantastic Hafen 2, which I always assume as signs of enjoyment. We then suffered our second night in a row of sleeping above a techno club, held hostage again by raw electronic beats, bass waves pounding in our skulls, every item shaking on the shelves and adding its jittery sound to the chaos : it felt like trying to taking a nap in the control room of a rocket while it’s taking off to space. This is how loud this devilish cacophony was : I could barely make out was Charlotte was trying to say, and she was sitting on her bed not even two meters away from me. At some point that day, we had come up wit the idea of the band name Eurotrash Infection and this, among my good old H.P. Podcraft, helped me soothe my way into slumber, despite the violent war raging under us.

We then had two days off to enjoy Frankfurt, haven for business bankers, consultants and IT suit-and-tied people. A little unimpressed by this modern jungle of office buildings and unending flocks of malls, we took shelter in a packed movie theatre to soak in the cool of the brand new James Bond movie, of which I enjoyed the very British and classic, old-fashioned vibe. To celebrate this good moment of entertainment, we sticked around afterwards, binging on second-hand Pop Corn left for dead on a seat beside us. We were quite amazed and grossed-out to realize that people bought Pop-Corn in giganormous buckets and ordered half-liters glasses of coke they never ate or drank to the end, american-style one might say.

We were hosted by a gentle and helpful Couchsurfer who let Charlotte sleep in his bed while I lay on a hardwood floor pressing on my ribcage and dug deep into my hip bones, but hey, it sometimes hurts to be a gentleman. It might come across that I’m here totally showing off how bad-ass I am but I was whining inside the whole night really. The next day, on the way to some serious shoe-shopping (another shelter to escape this definitely uninspiring city of glass), we stopped to listen to some Bulgarian street musicians ripping it on some epic tunes from their homeland on derbouka, clarinet and piano accordion. A small group of hippie-looking dudes with instruments and luggage staggered out the subway and stood next to us, listening with much attention to the wild solos. And then, in a what-the-hell kind of a moment, it turns out that some of them were musical acquaintances of Charlotte from Toronto, The Lemon Bucket Orkestra, a Balkan band just in from the airport where they had a long layover before heading to Romania for a tour. We all marvelled at the funny coincidence, and they were soon invited by the cheerful trio to join them in a Balkan jam, an impromptu supergroup which quickly gained some momentum, attracting all the cool and the bizarre souls of Frankfurt, as you can see in the snippet video below.

In relatively uptight Frankfurt, it felt like it might have been the grooviest thing happening and it was terrific to be right at the epicentre of it. We didn’t forget our first consumeristic intention though and went on to purchase sweet-looking shoes which didn’t fail to flatter our extra-vain artist’s egos. The adventure ended with pleasant late-night chats with our delightful Couchsurfing host. He mentioned that his tight-ass neighbour is always dressed in an impeccable suit and tie, even when he is gardening or taking out garbage/recycling, which shall linger on for me as a good example of how funky the life is in Frankfurt. Of course, there must definitely be pockets of cool hidden in there, but we were unlucky at unearthing them this time around.

On our first night in the city, when we went on a desperate hunt to grab some late-night grub, we got attracted to what seemed like a happening neighbourhood because of its bright lights shining out from many stores and buildings, assuming stuff would be going down there, including cheap kebabs. It soon turned out that this shiny avenue was the infamous gritty Red-Light district, swarming with shady characters, trans-gender prostitutes and other fascinating night creatures you would only find there and then. The lights and flashing signs gleaming all over the 24 hour-casinos, sex-shops and “massage” rooms worked as an effective magnet for lost souls, creeping out of the darkness and gathering clumsily like drunken flies looking for a midnight fix. A lively scene indeed, but cringe-inducing enough that we soon left this sketchy rallying point where coarse and unhealthy-looking males were rushing to because of the promise of dirty entertainment. Funny how the brightest, best well-lit street in the city is actually the spot where the darkest things are going on.

Before leaving the city, we made sure to check out the “Schwarz Romantik” exhibit at the Städel Museum, comprised of very dark, twisted and shocking lesser-known paintings and drawings from Goya, Delacroix, Blechen… Focused on the darkest part of the romanticism movement, the works of art showed many gruesome representations of the Devil, depictions of crude Bible scenes or common cruelties of the 19th century. What stood out for me were the excerpts from the fantastic 1920’s movies Faust and Nosferatu from Murnau, which still look fantastic in gothic black & white, spooky sets and exaggerated acting.

Then it felt about time to move the party to Hanau, a town a little further away from Frankfurt than Offenbach, which proved very quickly to have a way chiller vibe. After a sweaty and semi-lost walk to the venue asking directions to confused locals, we reached the mighty Brückenkopf, a bar/restaurant/music venue who seems to have been around forever, placed right on an old bridge. We performed solid sets in front of a true music-loving crowd, including die-hard regulars, all eyes and ears focused in a silence that was more respectful than glacial. A kind stranger dropped us off afterwards at our hotel (yes, living it up) where we smuggled some cereal bowls from the “continental breakfast” hall up to our room to watch CNN about the exciting US elections’ night. The next day, Charlotte cranked up the TV to wake me up with the upbeat news of the re-election of the Obaman.

The train trip to Köln was very scenic, especially when at some point the tracks went right along the Rhein river for a while, passing many cool castles in ruins perched on hills and quaint old villages. The show at the Lichtung was full of fun and included good post-show talks with enthusiastic audience members and freaky paintings galore on the walls. Visiting a cousin in Rheinbach outside of Köln, we enjoyed homemade dishes sitting at a family table, walking around a forest where trees were slowly undressing their orange garments, and I must confess I spent a good hour screaming and giggling down water-slides at an awesome indoor swimming-pool. I mean, come on : they had a “Black Hole” water-slide with the whole ride spent entirely in the dark with surprising sharp turns and slopes, how could one resist ? I introduced myself to the tanning salon joys, lying down naked on this heating capsule made me feel as if I was in a space ship getting a little too close to the sun. The town felt very German : pristine sidewalks, well-renovated charming ancient buildings and a gentle, quiet population.

I’ll end this long post (whoever’s still there reading this is a world champion) with our trip to Castrop-Rauxel (a name who sounds hilarious to  most Germans for whatever reason, which is good for me to get easy laughs from an audience). Quite a relaxed afternoon really in this pleasant small town, hanging out at the train station’s bakery, then at the LIDL’s bakery , it was all about food and conversations until the venue opened its doors to us. Definitely radical, anti-nazi and alternative, the Bahia de Cochinos was a fantastic venue filled with the nicest human beings. We were treated like queens of the underground by the amazing staff, and we played good opening sets for Phoebe & Matt, despite dragging bodies bordering on utter exhaustion. We left like thieves early the next morning, quite pumped to head back towards the Hessen state to play a very thrilling show in Darmstadt : the legendary Gute Stube show, but that’s another story…

Thanks for reading, and until next time, stay hydrated!

Working Girl Vs. Hobo

Two very different approaches to the enjoyment of a train ride. One is all serious and professional while the other sees in it a mere opportunity to catch up on slumber-time. Beauty shots taken on a regional train while getting to Offenbach after a very confusing and choppy trip from Leipzig involving a deceased horse stuck on the tracks for 2 hours. More soon!

…then we take berlin!

Hot damn, we kicked-off this tour in magical Berlin with a mean bang ! The legendary Schokoladen indie venue, a chocolate-factory building squatted since 1989 and threatened many times of disappearance by the gentrification pressures of the hip “Mitte” neigborhood, bore many promises of fun and absolutely delivered, and beyond : the room was packed and music-friendly (sprinkled with many grinning familiar faces), the staff was made of awesome, the DJ kicked serious ass, and the sound-man may very well win my 2012 Gold Medal of Genuine Enthusiasm Coming from Sound Engineers (GECSE).

Charlotte and I alternated our Greatest Hits in a “round-robin” singer-songwriter style and had great fun playing a shared opening set for the Brooklyn-based songwriter Phoebe Kreutz, who among other fun ditties, spoofed up brilliantly some Velvet Underground songs with a junk-food twist : “I’m waiting for the delivery man, 26 coupons in my hand…” or my personal fave “It’s such a pizza day, and I’m glad I got to spend it with food, so just keep the oven on, keep the oven ooooon”. Post-gig festivites involved wild dancing, awkward jokes, competitive fuss-ball and liters of local Fritz-Cola, very fine ingredients indeed to finish off a fantastic evening. If we can keep the vibe of the tour groovy just like yesterday’s show, we’ll come home the happiest campers of Lalaland.

Ps : Hmm, sorry French readers, I actually decided to write the blog in English until I get to France. So what, sue me !

On the Brink

Gorgeous Berlin is here at last, its trees slowly being stripped bare by the roughening of icey winds. Authentic Turkish kebabs still taste divine, biking now requires gloves and caution when braking on wet leaves, and party is still the ultimate motto everywhere I go.

I shall continue blogging in French, it’s just that I’m now held hostage by a Polish keyboard with no accents options, and I wouldn’t want to provide you with a butchered version of my dear mother language. Charlotte should land soon if the bad-ass storm Sandy allows it, toes and fingers crossed!

Stay tuned.